Historique

Préoccupées par la situation alarmante des catastrophes qui menacent l’environnement, les autorités nigériennes ont pris des dispositions conséquentes en mettant en place des mécanismes de prévention et de gestion des catastrophes dès la période post coloniale. Ainsi, on note de :

                - 1968-1974 : la mise en place d’un comité composé des représentants des Ministères techniques d’encadrement du monde rural rattaché à la Présidence de la République et chargé de proposer des solutions à la résolution de la famine qui prévalait.

                - 1974-1987 : la création d’un département ministériel chargé de « l’Economie rurale, du climat et de l’aide aux populations » par Ordonnance n°74-02 du 22 avril 1974. Ce département ministériel fut remplacé par un comité interministériel de suivi de la campagne agropastorale et de coordination de l’aide alimentaire mis en place par arrêté n°26/CMS/PM du 10 septembre 1984.

                - 1987-1989 : à la faveur de la sécheresse de 1984 le comité fut redynamisé et pris le nom de comité technique pluridisciplinaire (CTP) de suivi et de la coordination de l’aide alimentaire sous la tutelle du Ministre du Commerce, de l’Industrie et des Transports (arrêté n°012/PM de 2 novembre 1987).

 

-       Le 23 août 1989 création d’un ‘’Système d’Alerte Précoce et de Gestion des Catastrophes’’ avec pour objectif de contribuer à la prévention et la gestion des catastrophes et l’apparition de crises alimentaires et nutritionnelles. A ce titre il est chargé de suivre et d’animer toutes les activités d’alerte précoce et de gestion des catastrophes afin d’éliminer ou de réduire les risques et/ou les effets d’une catastrophe dans les domaines alimentaire, socioéconomique, sanitaire et nutritionnel.

 

-       31 mai 1995,  création du ‘’Comité National du Système d’Alerte Précoce et de Gestion des Catastrophes (CNSAP/GC)’’.

Ce Comité, composé des principaux ministères techniques et de personnes ressources, a été placé sous la tutelle directe du Cabinet du Premier Ministre et avait pour mission de suivre, prévenir, détecter et gérer les situations de crises effectives ou potentielles dans les domaines alimentaire, sanitaire, nutritionnel et socio-économique.

.

-       En 1998 la fonction ‘’gestion des crises a été confiée à une nouvelle    entité, la Cellule Crises Alimentaires, également rattachée au Cabinet du Premier Ministre. Cette séparation visait à garantir l’indépendance de l’information et répondait surtout à une préoccupation des partenaires pour séparer l’alerte de la réponse aux crises.

 A partir de 1998, l’Etat du Niger appuyé par ses partenaires techniques et financiers mettent en place un Dispositif National de Prévention et de Gestion des Crises Alimentaires (DNPGCA). Composé d’organes d’information, de coordination et de décision, de réponse ainsi que d’outils financiers, le DNPGCA a pour mission de contribuer à la réduction de la vulnérabilité alimentaire des populations Nigériennes par une meilleure information / coordination et une meilleure gestion des actions des différents intervenants.

 Depuis sa création, le Dispositif a connu une évolution dont la dernière en date est l’élargissement en 2012 de son mandat à la prévention et la gestion des catastrophes et la réactivation et le renforcement du secrétariat permanent au Dispositif, pour assurer une meilleure coordination des structures et de l’action humanitaire. Le Dispositif National de Prévention et Gestion des Crises Alimentaires (DNPGCA) devient ainsi ‘’Dispositif National de Prévention et Gestion des Catastrophes et Crises Alimentaires (DNPGCCA)’’.

Aller au haut